Hervé ROZENTAL

Hommage à Hervé Rozental

1963 - 2005

Le décès d’Alexandre Rigaut, ton ami, t’avait laissé désemparé. « Nous avions tant de choses à faire ensemble » m’avais-tu confié. Le désir de faire ensemble, de partager, te poussait à explorer les lieux d’un enrichissement, d’un rebondissement. Toujours, tu te lançais dans la rencontre, plasticiens, écrivains ou chorégraphes, tu aimais frotter ton monde à d’autres questionnements.

Tu militais pour que l’art aille à la rencontre des hommes, de chacun et de tous. Ainsi, depuis plus de quinze ans, tu offrais ton expérience, ta fougue, ton attention aux enfants des écoles, à ceux des banlieues.

« Si un seul d’entre eux, me disais-tu, si un seul d’entre eux sent s’éveiller le goût de créer, je n’aurai pas perdu mon temps. » Ensemble, vous vagabondiez vers des territoires nouveaux, tu te mettais à leur écoute, ils te plébiscitaient.

Fort de la même implication, au sein du comité des Réalités Nouvelles, tu avais à cœur d’être à l’écoute, juste à l’écoute des artistes et des frémissements.

Inspiré par la danse, le spectacle vivant, amoureux du mouvement, tu étais en quête du geste, le geste qui transcrirait dans l’espace la fulgurance de ta pensée. Le geste a fait de toi un sculpteur-calligraphe ; ?« le calligraphe joue la synergie du texte et du mouvement, le sculpteur l’inscrit dans l’espace », écrivais-tu. C’était toujours un suspense pour moi de te voir partir à la conquête du volume, chercher l’équilibre des pleins et des vides, traquer la lumière jusqu’à ce qu’elle emporte le mot et franchisse le seuil du message.

Tu étais fondé par ta sculpture, traversé par tant d’idées que je me sens cruellement privée de tout ce que je ne verrai pas surgir de ce sens de créer, inaltérable et impérieux, qui engageait toute ta vie.

Tu voyais loin et c’est dans ce long cours qu’il faut chercher l’articulation de ton œuvre, chaque sculpture n’existant pour toi que dans ce qu’elle racontait des flux d’une recherche inlassable, et plus encore dans ce qu’elle préfigurait d’un futur en perpétuelle délibération.

Homme-artiste - il me paraîtrait incongru de dissocier l’un de l’autre - tu as su développer un profil aigu, grave et insouciant, insolite, indomptable, pourvu d’une qualité rare, celle de ne pas avoir peur de ton talent. A moi qui te regardais évoluer dans l’intime, témoin privilégié d’un élan, d’une trajectoire, tu semblais guidé par une boussole intérieure. Tu savais où tu allais.

Sculpteur-calligraphe, c’était là ta singularité, singularité que tu vivais à chaque instant comme une aventure, la plus belle des aventures. Tu en avais fait ta mission. Tu n’as pas eu le temps, hélas, d’en saisir toute la portée.

Florence Toussan Rozental

Isabelle PALENCJacques WEYERLaurent  DESCHAMPSAlain-Jacques LEVRIER-MUSSATLaurent VERRIERMadlen HERRSTRÖMMarine VUPeter DE LORENZOHélène LEROYFabrice AINAUTMokha LAGETRalph CUTILLOAnne-Marie CASENAZMichel GRAFF