Armand PETITJEAN

Hommage à Armand Petitjean

1909 - 2004

Transparence et légèreté, c'était le monde d'Armand Petitjean. Il y écrivait la peinture. Il l'écrit encore, dans le noir. Là où le blanc se multipliait, aujourd'hui se fondent les bruns les plus sombres. Tournant le dos au monde connu, car il n'est pas de créateur sans errance, c'est à la recherche de sa vérité qu'il s'est jeté au plus profond de lui-même.

Il n'est pas facile de se retrouver dans cet univers obscur, tourmenté, secret. Il faut d'abord y entrer, y faire son chemin lentement. C'est une œuvre qui se gravit, défi à la facilité à laquelle peut conduire la pratique gestuelle. Ici, le geste retient. Si l'écriture est mouvement, ça n'est pas de l'instantané : reprise sans cesse, chargée de réflexions, l'œuvre atteint sa densité... Il ne faut pas se fier à ce repli dans les profondeurs obscures, il ne fait qu'exacerber la tension d'un appel, la vibration qui sourd devient jaillissement...

Annick Pély Audan

Né à Paris en 1909, autodidacte. D'abord apprenti dans une imprimerie lithographique, il obtient à dix-sept ans le prix Gustave Doré pour l'illustration de livres à la gravure sur bois. Cinq ans plus tard, il décide d'abandonner la ville et la gravure pour devenir peintre. Début d'un parcours ininterrompu mais tourmenté qui le conduira du Béarn à la Provence et enfin, de nouveau, à Paris. En 1940, plusieurs mois de captivité au stalag 150, avec André Malraux, vont le marquer profondément et lui ouvrir de nouveaux horizons.

Recevant un prix de la jeune peinture, en 1946, il participe au salon de Mai, puis au salon d'Automne, à Comparaisons et enfin, depuis 1966 à celui des Réalités Nouvelles. Après ses années de Provence il avait peu à peu délaissé les compositions figuratives dont les " tons assourdis " et les " figures effilées " reflétaient la gravité du paysage et s'était engagé dans une forme d'expression abstraite qu'il ne cessera plus d'approfondir, jusqu'à ses derniers jours. Il faisait alors partie du groupe de peintres réuni autour d'lmre Pan qui a écrit, dans un texte de 1964 : " sa nouvelle peinture est née du dessin par le feu, ses tableaux récents ressemblent aux braises, ils sont monochromes et cependant pleins de couleurs et d'étincelles. " Mais, dix ans plus tard, on dira qu'Armand Petitjean est " de ceux qui parviennent à conquérir la légèreté ".

G. Plazy

Delphine EPRON Isabelle DOMAGÉ-GERSONPrisca TEMPORALDaniel TOSTIVINTGerhard HOTTERPascaline FONTAINEWalter STRACKRity JANSEN HEIJTMAJERIsabelle DOBLAS-COUTAUDProspero MORYUSEF YLAGEric PETRIbrahim JALALOuanes AMORLino de GIULI