VOGEL Gabriel

Peinture
Nationalité :Française
71 quai de la fosse
44100 Nantes
GSM : 06 75 11 74 27
gab.vogel@laposte.net

Die brücke zerbrechen - 2010 - Huile sur toile - 162x217

… au commencement était la fin, la férocité innocente de la matière première.

Dans la peinture de Gabriel Vogel, il y a ces images de rêve ou de cauchemar : Fleur, verre, cravate, fourchette, visage, tee-shirt, tank, usine, barbelé, flingue, chien, mouton, sexe … coagulées dans des masses colorées. Matières peinture pétries, palpées, malaxées, déchirées, écartelées et enfin rassemblées, puis écartelées à nouveau.
Traits, hachures, objets géométriques ébauchent avec désinvolture d'improbables mouvements entre tous ces mirages. Image mirage des rêves premiers, aux coïncidences étranges. Images, mouvements, matières seraient comme autant de rêves célestes … amas globulaire, naine rouge, astéroïdes, galaxie spirale, supernova, naine noire, pulsar… qui s'originent dans les nébuleuses, bouillons cosmiques de gaz et de poussières, immenses masses colorées. Concentration et expansion sont à l'œuvre dans le geste de cette peinture.
Il y a chez Vogelfrei une invocation à de très anciens maîtres fous, fous d'ivresse et de dénuement. Invocation et offrande par cette matière peinture, semblable à celle faite de sang menstruel, de sperme, de cire, d'os, de cheveux, de charbon, de salive, de glaise …
qui recouvrent certains objets rituels, idoles nègres, aux figures de rêves premiers. Invocation du vide de nos origines. Cosmogonie sans réponse aux infinis possibles.







Michel Deniaud
Gabriel Vogel
Né le 24 février 1970




J’ai vécu en région parisienne de 1987 à 1998. Durant ces années j'ai étudié la peinture en fréquentant nos musées nationaux et les salons de la capitale. L’appréhendant à la portée de mes mains j’ai développé mes connaissances en histoire de l’art par l’œuvre des Maîtres défunts et pris conscience des réalisations de mes contemporains.
J’ai rencontré le peintre Maurice FAUSTINO-LAFETAT à Paris en 1988. Il m'a fait découvrir l'École de la jeune peinture de Paris dont il était issu et l'œuvre de peintres affiliés au Grand Palais. A soixante dix années passées il m'a transmis la foi en son art, un peu de son savoir.
L'art optique de VASARELY a constitué ma première influence, puis le mouvement des surréalistes, l'œuvre du poète futuriste Vladimir MAIAKOVSKI, « l’homme du commun à l’ouvrage » de Jean DUBUFFET, la spontanéité du mouvement COBRA et d’autres …

Durant ces années j'ai exposé dans plusieurs salons :
Salon de Vincennes, salon des indépendants, salon de Deauville, de Cannes, de Nice, le salon Art et Comparaison, ...

En 2000 j'ai quitté la région parisienne pour m'installer à Nantes.
De 2000 à 2011 j'ai essentiellement fait évoluer ma peinture.