DE TURVILLE Serge

Peinture
Né(e) en :1924
Nationalité :France
8, rue de Ridder
75014 Paris
Tél. 01 45 43 76 62

"Rex" - 2004 - Huile sur toile 130x89 cm (©Photo Atelier 80)

Né le 6 janvier 1924 à Saint Maur des Fossés, Val-de- Marne, France ; 1940 gagne l'Angleterre, Central School of Art de Londres ; 1950, retour en France ; rencontre les lettristes (voir lettrisme); 1974-1982, se consacre de préférence à des œuvres murales ; 1982, revient à la peinture ; 1955-1959, vit à Cagnes ; 1959, revient à Paris.

Témoin de son époque, il commence par cette réforme de la tradition qui dépouille la représentation pour mettre en évidence ses lignes structurelles, Couseuse (1956). Il réalise, dès 1963, des paysages abstraits* dans la veine des peintres expressionnistes*gestuels, proche de De Kooning* ; il reviendra constamment à cette manière et jusqu'en 1992. L'un des premiers, il réalise des peintures cloisonnées, témoins d'un instant, filets de la mémoire, Inventaire méditerranéen (1964). Puis dans les années 70, il se livre aux signes du temps : on voit bien l'influence du pop (voir pop art) britannique qui se lit au travers d'une certaine informalité conservée. Lorsqu'il retrouve celle-ci, c'est pour la frapper, de 1983 à 1989, de lettres, qu'elles transmettent ou non un message. En 1989, il retrouve cette abstraction des années 70 qui fait son miel de tout ce qu'elle trouve, lignes, à-plats, ébauches géométriques, zigzag, taches, rayures, etc, dans une palette sourde, évocatrice de sites anonymes, d'espaces et de lumières.

Expo. 1954, Nice ; 1956, prismes, Paris ; 1992, Artuel, Paris

Jean-Pierre DELARGE
Dictionnaire des Arts Plastiques Modernes et Contemporains Ed. GRUND

De Turville s'est toujours astreint à rester en dehors des tendances qui ont marqué la seconde
moitié du XX' siècle pour ne pas se laisser enfermer. Il fut pourtant associé successivement au lettrisme, à
l'abstraction et à la peinture dite engagée.

Dans les années 60-70, des compositions à texte, Shakespeare, Joyce, Yates alternent avec des
thèmes de couple Tête-à-tête, face à face, dos à dos, corps à corps, et les thèmes de société.

En 1986, parallèlement à plusieurs séjours à New York, et à Berlin, il met l'accent sur le gestuel,
le rythme, l'effervescence qui rapproche son travail des syncopes du jazz.

Dans les dix dernières années, une série de toiles souligne la disparition des frontières entre
abstraction et figuratif, passant librement d'une vison poétique à des thèmes contemporains et sur le temps
qui passe à travers les mécanismes de l'horlogerie.

"L'oeuvre peinte de Serge de Turville évoquerait bien, plutôt dans son trait nerveux, rapide, a
gressif, rageur, comme dans la diversité, le jaillissement l'explosion de couleurs vives et ardentes, cette
abstraction lyrique, fréquemment gestuelle, spontanée, fourmillante, désordonnée, violente des années 50/60
avec une pointe de "lettrisme" et un zeste de 'cobra." Pierre Brisset.


Né le 6 janvier 1924 à Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne). XX' siècle. Français.

Peintre de figures, paysages, peintre de compositions murales. Figuratif puis abstrait lyrique.

Vivant à partir de l'âge de dix ans en Grande-Bretagne, il fait ses études à la Central School of Art
de Londres. Dans les années cinquante, il fréquente le mouvement lettriste à Paris, mais n'y adhère pas. En
1955, il s'installe à Cagnes, puis regagne Paris en 1959. Il a été lauréat en 1966 du Prix des Onze décerné
par onze critiques parisiens.

Il commence à exposer à Nice et Cagnes, puis fait des nombreuses expositions à Paris, en
province et à l'étranger: en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Suède. Il participe à divers Salons, de Mai,
des Réalités Nouvelles, Comparaisons, Jeune Peinture, ainsi qu'à des nombreuses expositions personnelles,
très régulièrement à Paris, la première galerie Prismes en 1956, puis galerie Arlette Chabaud entre 1952 et
1971, et notamment à la galerie Artuel en 1990.

Ses premières toiles étalent transposées très librement de sujets traditionnels, puis il change de style
et fait des toiles compartimentées, les Métamorphoses, les Héraldiques, et une série de Sonnets sur les
sonnets de Shakespeare, où il est question de la vie, de l'amour et de la mort, où la lettre, le mot apparaissent
au même titre qu'un objet ou un personnage. Par la suite, il réalise de nombreuses séries d'après des oeuvres
d'écrivains (Joyce notamment). A partir 1968, ses toiles deviennent plus heurtées, tels que Conflits, Elans,
Contre, dans lesquels on cherche en vain une analyse politique, mais qui sont plutôt un langage du coeur. Il
fait ensuite une série de toiles Urbaines, qui sont assez angoissantes, mais optimistes par la couleur. En 1971,
il peint une palissade de 102 mètres carrés, ainsi que des murs réalisés à Fos-sur-Mer. Il a réalisé dans les
années soixante dix plusieurs compositions murales en céramique, en mosaïque, en béton moulé, mais aussi
en peinture. Il a collaboré pendant sept ans avec les aménageurs du Port Autonome de Marseille. Au début
des années quatre vingt il se concentre plus particulièrement sur la peinture. Et bien qu'il se dise non abstrait,
plusieurs séries, notamment de cette époque, se révèlent-elles violemment chromatiques et gestuelles,
parsemées de traces d'écriture, soit illisibles, soit occultes, par ratures. Celles-ci seraient inspirées par la
musique jazz, une autre éponyme par le livre Ulysse de Joyce.


MUSÉES: Paris (Musée de la Ville).

VENTES PUBLIQUES: Stockholm, 6 juin 1988: La plage de Cagnes 1963, h. (129 x 162) : SEK 9500- Paris,

22 octobre 1989: Compositions à la femme blonde 1965, ht (100 x 73) : FRF 29 500 - Paris, 22 décembre
1989 : Anatomie, fond rouge 1966, h/t : FRF 62 000 - La Varenne-Saint-Hilaire, 3 décembre 1989

Compartimentée à la grille 1964, h/t (65 x 40) : FRF 9 500 - Stockholm, 21 mai 1992 : La plage de
Cagnes, tilt (130 x 62) : SEK 7 000- Galerie Serra 2001 - Vente Drouot 2002.

(Extrait du Bénézit, tome 13, page 565).

Né en 1924 à Saint Maur des Fossés, Etudes à Londres, Central School of Art .
Commence à exposer à Nice et à Cagnes, où il réside de 1954 à 1959. À partir de 1960, nombreuses expositions à Paris, en Province et à l'étranger (Angleterre, Allemagne, Suède). A participé à diverses reprises au Salon de Mai, Réalités Nouvelles, Comparaisons, Jeune Peinture, Ecole de Paris. Lauréat en 1966 du Prix des Onze. Sélectionné Grand Prix des Beaux-Arts de la Ville de Paris, 1979.
Œuvres acquises par l ‘Etat, la Ville de Paris et divers Musées de province.

1962 à 1971 : Galerie Arlette Chabaud, Paris
1966 : Galerie Boissière, Paris
1967 ; Galerie Thot, Avignon
1968 : Marché expérimental d'Art, Paris
1969 à 1977, 1989 : Galerie Jouvène, Marseille
1973 et 1979 Galerie Condillac, Bordeaux
1979 : Galerie Créer, Paris
1980 : Centre des Mauquiers, Salernes ( Var)
1981 : Barreau Art Gallery, Musée de Jersey
1982 : Centre International, Grassee (Alpes Maritimes)
1984 : Centre d'Art Contemporain Prince Murat,
Château de Nointel (Val d'Oise)
1985 : Le Lucernaire à Paris (association Arcanne)
Galerie de la Marine à Cherbourg
1986 : Galerie Escapade à Paris
1988 : Réalités Nouvelles
1988 Centre Culturel Coréen, Paris
Biennale de Conches
1992 Galerie Artuel, Paris
1994 : Galerie de l'Ermitage, Le Touquet
1995 : Galerie Jacques Debaigts, Paris
1997 : Galerie Chris Lustman Paris
Musée Adzak, Paris
1998 : Salthouse Gallery St Ives, GB
1999 : Galerie 31, Lille
Galerie de Passy, Paris
2000 : Galerie de Passy, Paris
2001-2002 : Galerie Amiel Serra, Perpignan
2002 : Galerie St Pierre, Bordeaux
2003 : Château Royal de Collioure
2003 : IGS, Paris
2004 : Galérie Christie Couderc, Paris


Musées : Paris (Musées de la Ville)

Ventes Publiques :
• Stockholm, 6 juin 1988 : La plage de Cagnes, 1963, h(129x162) SEK 9 500
• Paris, 22 octobre 1989 : Compositions à la femme blonde 1965, ht (100x73) FRF 29 500
• Paris , 22 décembre 1989 : Anatomie, fond rouge 1966, h/t FRF 62 000
• La Varenne-Saint-Hilaire, le 3 décembre 1989 :
Compartimentée à la grille, 1964 h/t (65x40) FRF 9 500
• Stockholm 21 mai 1992 : La plage de Cagnes h (130x 62) SEK 7 000

Galérie Serra 2001 /Vente Drout 2002
(Extrait du Bénézit, tome 13, page 565)