LOMBARD Elisabeth

Peinture
Né(e) en :1961
Nationalité :France
35, rue Denfert Rochereau
31000 Toulouse
Tél. 06 82 86 06 17
elisabeth-lombard@wanadoo.fr

"Mer intérieure" - 2004 - Acrylique sur toile triptyque 100x81 cm

Maîtresse de son œuvre ; elle le fut sans conteste durant ses années d'architecture.

Aujourd'hui encore, c'est tenue par sa plastique architecturée – libérée de sa contrainte d'exécution mais toujours hantée par la Trame - qu'elle parvient à sauvegarder la forme dans sa puissance d'incantation.

10 années d'études et d'expérimentations que parachèvent 5 autres années de peinture intensives dans l'Atelier Bissière, lui valurent sans conteste de « chausser les sabots » de ses ancêtres. Académiciens de génie dont elle détient en héritage la perfection d'une chose rare et qui fera déclic. Comme peut l'être avec le temps et la valeur ajoutée une lettre de Matisse invitant son grand père philosophe et poète - qu'il désirait pour gendre - à venir prendre le thé en la ville de Nice.

De deux ou trois choses que je sais d'Elisabeth Lombard : se refuse à l'anecdote pour peindre le mystère et en devenir le sorcier solaire.
- Instruments de rituels que la peinture lui dérobe et lui restitue tour à tour.
- Jeu de passe- passe.
- Permanence des Signes visibles/invisibles qui se fabriquent un terrain d'usage, comme il en serait d'une sorcellerie contemporaine, d'une urgence à échafauder des stratégies de retardement afin d'attirer entre eux les semblables.

Pour ajourner sa véhémence et conjurer les noirceurs, l'artiste retarde son écriture et prépare les fonds afin de les pourvoir en « densité littéraire ».
Il se peut, comme l'avait compris Roland Barthes, qu'un signe habilement jeté sur une toile nue se suffise à lui-même. De sa radicalité naît alors une écriture, car « peindre » nous dit l'auteur
« c'est bien écrire un peu et travailler beaucoup - au corps à corps – son écriture … mais pas nécessairement trop en dire. »

Je la rejoins, par l'esprit, dans cette ascèse.


Jean Laberthonnière, Architecte - plasticien, essayiste Paris, le 24 février 2003



Toucher du doigt le monde.
Que la flèche s'abîme et se perde comme un ICARE fou de soleil
et de douleur ; en dépend mon honneur. Je réinstaure quelques subtiles lois de pesanteur et m'en détourne pour des eaux rouges et vertes.
L'océan se noie dans le sang des arènes.
Van Gogh taille à coups de gerbes d'or son lit de mort sous un ciel compact et noir.
Les champs comptent aussi les croix. Premiers maïs : après la récolte, n'en reste que les tiges privées des oriflammes de leurs batailles rangées.

Eau et feu conjurés dans l'espace de la toile dont je voudrais être l'auteur.
C'est sensément ‘' le regardeur ‘' qui fait la toile.
J'espère en guider les pas. Avec ce qu'il se doit d'excessive tolérance.
Mais non sans une certaine violence.

Elisabeth LOMBARD
Née à Suresnes en 1961

-DEUG d'arts plastiques à Aix en Provence en 1984 : y peint ses premières toiles …
-Obtient son diplôme d'architecte en 1996
et son DEA « Territoires et Paysages » en 1997
-Reprend ses études d'arts plastiques et obtient
sa maîtrise en 1998 (Paris VIII)
-S'inscrit en 1ère année de thèse d'esthétique (Paris VIII) et décide d'entrer à l'atelier Glacière (Atelier PEINTURE - M.Bissière – Ateliers Beaux Arts de Paris) : cette exceptionnelle émulation plastique confirmera sa « définitive entrée en peinture » …

Vit et travaille à Toulouse et à Uzès.


Expositions personnelles et collectives :

1998 Atelier Laberthonnière - Paris
1999 Ateliers portes ouvertes - Paris 14e
2000 Galerie « Couleur Saumon » - Lyon
2001 Galerie de l'Ebauchoir - Lyon
2002/04 Château d'Alba - Alba la Romaine

A participé aux salons :

Réalités Nouvelles – Paris 2001/02/03/04
De Haute Loire - le Puy en Velay 2001
Arts - Inter - Lyon 2002 – médaille de bronze
Des Artistes Français – Paris 2001/02
et de Cergy Pontoise 1998.