DE COUX Olivier

Sculpture
Né(e) en :1968
Nationalité :France
11, rue Sainte-Anne
44650 Legé 
GSM : 06 63 27 50 61
odcx@club-internet.fr
http://www.artatlife.be

AD 8 - 2016 - Acier corten 90x110x50 ( ©photo sarah bartheau)

De Coux subit et intègre, lui aussi, les lois de la gravitation, mais il les trouve insuffisantes pour l’aiguillonner. Il s’en impose donc d’autres pour nourrir et stimuler sa créativité : sections carrées uniques, angles droits, rapports prédéterminés des longueurs des segments, inscription dans un espace virtuel prédéfini, giration…
Le miracle est que ces contraintes ne se perçoivent pas immédiatement quand on observe l’objet fini, pas plus que le nom de Newton s’impose au fidèle qui se recueille dans la nef d’une cathédrale. On suit les lignes du regard, on imagine leur continuité au-delà de l’espace dans lequel elles s’inscrivent. Elles imposent au spectateur de s’évader de leur réalité concrète, de leur présence immédiate, pour les interpoler ad infinitum. On est finalement assez proche, chez de Coux, des modèles génétiques, tel celui des fractales, où quelques règles prédéfinies, imposées à une cellule de base, déterminent les règles d’un développement que seules les contraintes d’une enveloppe extérieure limitent. On pourrait donc affirmer sans risque d’erreur que chacune des sculptures d’Olivier de Coux est autosimilaire.

Louis Doucet. (extrait)


Olivier de Coux a radicalisé son sujet sans changer de propos, sans changer de matériaux. Cette radicalisation aujourd'hui représente des formes géométriques, des abstractions mathématiques desquelles l'anecdote disparaît pour donner corps à la réflexion, à la question fondamentale de l'objet posé dans son espace et qui défini ainsi la sculpture. Cette recherche de la définition de la sculpture reste la question qu'Olivier de Coux poursuit tout naturellement, il y répond par sa propre rigueur; cette réponse se lit dans la répétition de ces possibles transformations d'éléments quadrilatéraux, d'agencements contraints, par ces formes posées au sol ou « ensoclées » pour prendre place à l'extérieur, espace de jardin, espace public.

Philippe Hardy. (extrait)


Changer une propriété de mon raisonnement, aboutit à un groupe de nouveaux résultats. Mes sculptures sont la conséquence de propositions conditionnelles. En d’autres termes elles sont liées aux autres par implication. Si j’affirme l’existence d’une nouvelle condition, je suis dans l’obligation de créer un nouvel ensemble.

Olivier de Coux.
Olivier de Coux est un sculpteur né à Versailles en 1968, présent dans les collections publics et privées en France (Fond National d’Art Contemporain/ Fondation Villa Datris..). En 2000, les premières œuvres abstraites sont des recherches rythmiques inspirées par l’architecture et l’œuvre de Lucio Fontana. En 2008, lors de son exposition personnelle à la galerie du Haut-Pavé à Paris, Louis Doucet critique d’art, qualifie ses œuvres d’autosimilaires. Ce sera la mise en place des bases de ce qui deviendra son langage formel.
En 2013, il rencontre les de Backker, marchands et collectionneurs passionnés qui diffusent son travail en Europe, notamment à Amsterdam, haut lieu de l’art géométrique.