Jeunes artistes invités / 2017

Récemment diplômés ou encore en école d'art

  Kenia ALMARAZ MURILLO
Elliott CAUSSE
Chloé BOCQUET
Luka HAIR
Romain JACCOUD
Nicolas RODRIGUEZ-SOL
 

Tout au long de son histoire, le Salon Réalités Nouvelles a été l’endroit des premières confrontations pour de jeunes artistes.

Le comité des Réalités Nouvelles invite depuis 2008, avec le soutien de l’ADAGP, une sélection de jeunes artistes récemment diplômés et ou encore en école d’art ou en université.

Deux années consécutives, nous avons donné une carte blanche à un enseignant d’une école d’art : Christian Gattinoni, enseignant à l’Ecole nationale supérieure de la photographie d’Arles en 2014, et Yvan Le Bozec, enseignant à l’Ecole européenne supérieure d’art de Bretagne à Quimper en 2015. Nous renouvellerons assurément l’expérience.

L’an dernier, pour la 70e édition du Salon Réalités Nouvelles, nous avions sélectionné 30 projets. Parmi ceux-ci, 18 étaient ceux d’artistes sélectionnés en 2016, notamment à l’ENSBA de Paris. Les 12 autres artistes avaient déjà connu notre salon, alors qu’ils étaient étudiants ou tout juste diplômés, et avaient répondu à notre invitation en exposant une des pièces qui caractérisait leur travail à ce moment-là. Pour cette 70e édition du salon, nous leur avions proposé d’exposer une pièce représentative de leur travail actuel.

Cette année, nous invitons à nouveau 6 jeunes artistes à exposer à la fois sur les cimaises du Salon au Parc Floral et à la galerie Abstract Project, 5 rue des Immeubles Industriels 75011 Paris.

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Kenia ALMARAZ MURILLO

En 3e année à l’ENSBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 2017
www.keniaalmarazmurillo.com
Email

Elliott CAUSSE

Diplômé de l’ENSBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 2017
www.elliottcausse.com
Email

Ce que nous proposons est une rencontre entre nos deux univers, opposés mais réunis par notre passion pour la ligne. Le tissage de couleurs de Kenia, inspiré du textile andin, est connecté par le flux urbain d’Elliott. Il en résulte un langage faisant communiquer traditionnel et modernité, écriture et cartographie..

 

Prismes - 2017
Bois et plexiglas, 250x150x600 - Cour vitrée des Beaux-arts de Paris

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Chloé BOCQUET

Diplômée de l’ESBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts du Mans, 2017
www.chloebocquet-artiste.tumblr.com
Email

J’aime penser que mes couleurs portent en elles des histoires, qu’elles invoquent, suggèrent ou même créent des espaces. J’aime croire qu’elles appartiennent à autre chose qu’à ma peinture, qu’elles puissent être familières, quotidiennes, qu’on puisse avoir le sentiment de les croiser au coin de sa rue ou bien de les avoir déjà vues quelque part. Des couleurs qui surgissent, on s’approche et on voit un bleu vibrer sous un brun, un beige recouvert par un rose. Des couleurs franches qui capturent notre œil, comme cet orange ou ce rouge qui ne laissent pas de choix.
Au fil des jours et des semaines, j’aime me trouver en face de cette toile bien plus grande que moi, étendre mon bras, sentir tout mon corps se mobiliser pour étaler un aplat, sculpter tout ce blanc. J’aime comparer cette relation à celle que j’ai avec la gravure avec laquelle je suis dans une certaine forme d’immédiateté. Toujours pressée d’étaler la couleur quasiment sortie du tube, de voir ma matrice se charger d’une teinte, m’empresser d’en superposer une autre qui viendra définir un espace. J’aime quand la couleur devient solide.

La danse bleue - 2017
Estampe - 56x72

 

••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Luka HAIR

Diplômé de l’ESBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts du Mans, 2017
Email


Ce diptyque se regarde d’abord de face. Deux monochromes orange et bleu, couleurs complémentaires. Il y a là un désir d’efficacité visuelle, que cela soit presque “tape à l’œil”. En se déplaçant autour on peut y voir ces deux figures comme expulsées du lieu où habituellement la vie du tableau se passe, elles sont là, adossées au mur de la galerie. Elles se regardent l’une l’autre sans prendre en compte le spectateur. L’abstraction est bien en face, pendant que la figuration continue d’exister malgré qu’elle ait été mise de côté.


Mis de côté (2) - 2017
Acrylique sur bois, diptyque - 80x50x25 et 80x50x30


••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Romain JACCOUD

En 2e année à l’ENSBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 2017
www.romainjaccoud.com
Email

Mon travail s’axe autour d’un questionnement ontologique vis-à-vis d’une composition plastique au sein de l’espace blanc du cadre de l’objet de la peinture. En la qualité d’image fixe de celle-ci, je forme une projection sur la toile qui évolue de peinture en peinture et qui ne prend appui que sur une recherche formelle de composition de couleurs et d’espaces. Le tableau n’est qu’une image qui reprend des formes et des lignes existantes et qui les insère dans le seul but d’en donner un nouveau sens pour composer une peinture.

 

Sans titre - 2017
Acrylique, marqueur aérosol et sérigraphie sur toile - 194x147

 

 
••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••••

Nicolas RODRIGUEZ-SOL

Diplômé de l’ENSBA, Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Paris, 2015
Email

Mon travail se construit autour d’un rapport entre des images vidéo saturées et de grandes surfaces réfléchissantes ou brûlées.
Chaque peinture, comme aveuglée par la flamme ou un excès de lumière, va refléter l’espace dans lequel elle se trouve en le transformant.
La lumière ou le feu comme principaux matériaux pour créer des surfaces picturales.

Sans titre – 2017
Gomme laque sur aluminium 122x244

 

Célia MIDDLEMISSStephane DESELLE ISTHMEAngélica CAPORASOJacky FERRANDChristian MARTINACHEHélène VANSGilles ARMANDDaniel DAUTEUILAlexandra CHRANUSKI-MALLET PIMACatherine LÉVAPauline JURQUETLaure CALÉCarol-Ann  BRAUN