MORQUIN Pierre

Peinture
Nationalité :France
75020 Paris
 pmpaintings@free.fr

Chemins mouvementés - 2017 - Acrylique, Spray 150x150

Je peins parce que je sais que je vais mourir.
L’envie de peindre c’est la sensation d’avoir quelque chose à dire sur son époque sans toujours savoir quoi exactement.
C’est laisser son histoire personnelle s’entrechoquer avec l’Histoire.
Tenter d’ordonner le chaos ou se laisser porter ?
Se laisser guider par son intuition et abandonner sa raison ?
Décadence, fin de cycle (nouveau cycle donc), opposition de forces (vie/mort), déconstruction/reconstruction, mort/renaissance, visible/invisible, conscient/inconscient, spirituel/rationnel ; trouver son chemin parmi ces forces particulièrement actives à notre époque et qui peuvent nous broyer sans sourciller.
Schopenhauer est bien d’accord avec moi sur la peinture abstraite:
« Comme l’idée est et demeure intuitive, l’artiste n’est pas conscient in abstracto de l’intention et du but de son œuvre : ce n’est pas un concept, mais une idée qui le guide : aussi ne peut il donner aucune explication à sa façon de faire : il travaille, comme on dit inconsciemment, au feeling en vérité de manière instinctive. »
Schopenhauer, Le monde comme volonté et comme représentation

Et l’anaphore n’étant pas réservée au seul ex-président de la république…
Peindre c’est crier – communiquer – plaire – déplaire
Peindre c’est énervant – décevant – désillusionnant et pourtant
Peindre c’est une mise en tension de taches et de traits
Peindre c’est tenter d’éviter l’équilibre mortel
Peindre c’est violent - vital (dans violence il y a vie)
Peindre c’est mourir un peu (hum)
Peindre c’est baigner dans l’air du temps
Peindre c’est fuir le bon gout et exploser au coeur
Peindre c’est vouloir plaire quand même…
Octobre 2017 : Salon Réalités Nouvelles / Parc Floral - 75012 Paris
Septembre 17 : janvier 2018 : Exposition collective bibliothèque Chaptal (Paris 9)
Janvier/ septembre 2017 : Exposition collective au Conservatoire à Rayonnement Régional de Paris (Paris 8)
Juin 2017 : Exposition dans le cadre de MINIMENTA à la Galerie Abstract Project (Paris 11)
***
Adolescence en Afrique équatoriale (Zaïre, Gabon), Bac scientifique en 81, études informatique et commerce.
Changement d’orientation, reprise d’études de kinésithérapie en 1994 puis d’ostéopathie.
Paralèllement en1995 visite de feu le musée des arts d’Afrique et d’Océanie lors d’une exposition sur les peintures aborigènes modernes qui déclenche un désir immédiat de peindre.
Décide de donner une orientation professionnelle à sa peinture : 2013-2017 Atelier Martin Bissière / Ateliers Beaux-Arts de la Ville de Paris.
***