PETR Eric

Photographie
Né(e) en :1961
Nationalité :France
13005 Marseille
GSM : +33 777 22 81 36
ericpetr@free.fr
http://www.ericpetr.net

Intemporalité 0x18065a03 -2015 -  Image photographiée directement sur capteur numérique / Nikon Df 50x75 (© ericM)

« Une écriture-silence, sans le bruit de la plume qui court sur le papier ou le son des touches d’un clavier qui s’enfoncent.
Une écriture de lumières, sans alphabet ni formes dessinées. Une écriture première, mais non primitive. Une énergie qui traverserait la nuit d’un jet de lumière. Une trace irréfutable de vie.
Voilà les premières sensations que l’on peut éprouver en regardant le travail d’Eric Petr.
Ainsi, la Création n’aurait pas un sens dicté par la forme.
Elle ne serait ni l’œuvre de quelqu’un(s), ni la raison d’être. Elle n’aurait ni verbe ni chronologie. Elle serait trace lumineuse d’un instant présent qui se refuserait à l’oubli.
Il se dégage de la lecture (et relecture) de ce travail une incroyable paix à voir l’équilibre entre ombres et lumières se succéder au fil des pages comme autant de fenêtres sur "les mondes". »
Alceste Louleux


Quel est le sens de mon travail photographique ?
La lumière est pour moi symbole de vie, et le temps, son éternel recommencement.
Quand je capte la lumière pour y écrire sa présence en négatif, les secrets de la matière qu'elle renferme y racontent des histoires célestes.
Ma photographie est un dialogue entre le ciel et l’homme.
Elle est une réflexion sur l’essence de la lumière.
Elle questionne sur ce que la théorie de l’observation de l’univers imposerait certaines limites à notre perception du réel.
Elle montre la fragilité et la beauté de la vie.
Mot de l’auteur



_____BIOGRAPHIE_____


"Eric Petr promène son appareil photo, en toute discrétion, en des lieux publics et sacrés. Ses photos éblouissent, émerveillent par leur beauté, le jeune enfant ; elles subjuguent, étonnent l'admirateur averti.
Eric Petr, à 7 ans, était un précoce et talentueux "déclencheur". Resté sans maître, et humble, ses photos, variations de lumière, résument ce qu'est la vie : fragilité et grandeur."
Vincent Gary


La photographie s'est présentée à moi dans mon jeune âge ; une passion est née.
J'ai suivi toute la chaîne de production depuis la capture de l'image sur négatif jusqu'à son apparition dans le bac du révélateur argentique à la lueur des lumières inactiniques.
Ma photographie a toujours cherché un sens pour inscrire l'image hors du temps.

En 2013, toujours animé par cette passion de la photographie, j’ai décidé de montrer mes œuvres et de m’engager dans la voie d’artiste-photographe.

L’année 2016 marque pour moi un tournant et une récompense qui salue mon travail.

2016 > Exposition sur corridorelephant.com de ma série "Métamorphoses"
2016 > Exposition au 70e Salon Réalités Nouvelles 2016 à Paris pour ma série "Spirituelles Odyssées"
2016 > Un entretien accompagné d'un texte sur ma photographie réalisés par Jean-Paul Gavard-Perret, poète, critique et maître de conférences en communication à l´Université de Savoie, spécialiste de l’Image au XXe siècle, parus en novembre 2016 dans le web magazine leLitteraire.com
2017 > Publication de SPIRITUELLES ODYSSÉES, un livre d'auteur numéroté et signé aux Editions CORRIDOR ÉLÉPHANT
2017 > Une exposition à l'Aéroport Marseille-Provence le mois de mars 2017 de mes séries photographiques "Spirituelles Odyssées" et "Métamorphoses"
2017 > Présentation de "#eauxfortes_2o17" à la Galerie Abstract Project en avril 2017 dans le cadre d'une thématique collective "Ce qui aurait pu ne pas être,"
2017 > Exposition collective hors les murs, du 13 mai au 15 septembre 2017, organisée par Réalités Nouvelles et ]RN structure[ en partenariat avec la ville de Bernin (Isère) au Château de la Veyrie où je présente mon nouveau travail 「 hikari no konseki 」"Écriture de lumière"
2017 > Exposition au 71e Salon Réalités Nouvelles 2017 à Paris pour ma série "#fragments", une réflexion sur l'espace-temps

Je suis un autodidacte.

En 1968, à l’âge de 7 ans, mes premiers pas en photographie ont commencé avec une boîte noire Kodak 6x9 que m'avait confiée mon père. 
Ce jour fut mon premier déclic.
En 1984 la photographie devint ma passion et je fis l'acquisition d'un Nikon FM2 et d'un Nikon F3 ; cet énorme sacrifice financier était à la hauteur de mon engagement.
Mes choix esthétiques s’orientèrent essentiellement vers des compositions minimalistes et vers la photographie en noir et blanc.
Simultanément, je me formai au développement de l’image en laboratoire pour maîtriser tout le processus, de la prise de vue à l'épreuve finale.

L’apparition du numérique au début des années 90 marqua, pour moi comme pour beaucoup d'autres photographes, un moment de remise en question et d’interrogation.
Une pause s’imposait et cela me donna le temps de prendre du recul sur mon rapport à l'image et sur cette addiction à la photo qui m'avait envahi.
Dès lors, en 1994, j'arrêtai complètement la pratique de la photo, pensant même que cela serait définitif.

Curieusement, c'est pendant cette période de latence que j'ai le plus réfléchi à la photographie car, bien que privé de mon matériel, mon oeil continuait à composer des images.
Enfin débarrassé des contraintes qu'impose l'appareil photo, j'imaginais une photographie dont la fluidité pourrait conduire le regard au delà du cadre qui la délimite.

En 2002, lors d’un voyage à Trat en Thaïlande, je renouai à 41 ans avec l’émotion de tenir un appareil photo en mains.

La rencontre se fit avec un Pocket Instamatic Kodak jetable de 12 poses.
Ce fut douze grands moments d’émotion.
Seulement douze photos au cours d’un voyage, c'est retenir son souffle jusqu'à la fin.
J’appris ce jour-là à prendre le temps ; je compris que la photo est avant tout l'écoute de l'univers.

En 2003, je cédai à l’envie irrépressible de refaire de la photo et de réaliser les projets enfermés dans ma tête depuis ces années de virtualité.
C’est à partir de cette date que plusieurs séries seront réalisées ; Traversée de Nuit 2004, Bangkok_series 2004, HongKong_series 2005, Windows2oo5, Spirituelles odyssées.

Aujourd'hui, quel est mon rapport à la photographie ?
Je cherche par l’image à exprimer ce que l’on ne voit pas, ce qui est indicible.
Je tente de rendre visible cette dimension invisible qui nous entoure.
Je m'efforce de rendre perceptible ce temps qui passe imperceptiblement.
Evoquer par l'image, le mouvement et la suggestion des métaphores, restituer l’énergie ressentie comme une matière visuelle ; voilà ce qui m’attache à la photographie et qui en fait à mes yeux un espace de recherche infinie.
SPIRITUELLES ODYSSÉES, le livre

Un livre de 108 pages, conçu comme un OJET D'ART, au format 14cm x 21cm, publié par CORRIDOR ÉLÉPHANT en édition limitée, numérotée et signée en 250 exemplaires uniques.
Il est imprimé sur un papier semi-mat de 170g avec une couverture pelliculée de 300g.

Il présente à travers 36 photographies pleine page un travail sur la lumière, qui aboutit à créer autant de tableaux qu’il y a de photographies. La lecture tient autant du regard que du ressenti.

Les photographies sont accompagnées d’un texte de Jean-Paul Gavard-Perret, d’une préface de l’éditeur et d’un mot de l’auteur.
Une interview de quatre pages avec l’auteur conclut cet ouvrage.